La naturopathie en complément de la médecine traditionnelle

0
350

La naturopathie s’affiche volontiers comme une médecine complémentaire : qu’apporte-t-elle de plus en tant qu’accompagnement lors d’une prise en charge par la médecine classique, par exemple dans le cas de la maladie cancéreuse ?

« Les Cancer Treatment Centers of America (= les centres de traitement du cancer d’Amérique) regroupent des médecins naturopathes et des cancérologues de formation classique. Ces centres existent depuis 30 ans, ce qui signifie que la naturopathie a acquis une place au sein l’hôpital. Ce sont tous des soignants capables de comprendre les interactions des traitements naturels et allopathiques. C’est une médecine très personnalisée qui recherche la combinaison idéale pour le patient, à un moment donné. Il est connu et reconnu aujourd’hui qu’il n’y a pas un seul traitement, mais des centaines de traitements, ce qui permet aux patients de bénéficier de la meilleure prise en charge. De très nombreux naturopathes participent à la lutte contre le cancer. Ils sont habilités à compléter le traitement de l’oncologue. La naturopathie est une médecine à part entière. Au Canada, plus de la moitié des médecins travaillent main dans la main avec les naturopathes. La naturopathie a sa corporation, sa pratique est régulée et encadrée, elle est soutenue par le gouvernement, elle possède un cadre législatif, ce qui signifie qu’un patient peut porter plainte. C’est le cas dans six provinces sur dix (mais pas au Québec). Aux Etats-Unis, la naturopathie est régulée dans 17 états. Mais c’est difficile aujourd’hui de progresser. Dans trois Etats (Oregon, Washington et Arizona), les naturopathes ont le droit de prescrire tout ce qu’un médecin prescrit. Ils sont perçus au même titre que les médecins. Mais il ne faudrait pas que les naturopathes, ce que je crains, deviennent uniquement des prescripteurs de biothérapies. Il ne faudrait pas qu’ils abandonnent les principes de la naturopathie, par exemple, le principe de causalité ou le principe de globalité. Les médecins allopathiques, aujourd’hui, attrapent un peu de nutrition, un peu d’acupuncture et font leur promotion avec ça. Par exemple, un médecin peut pratiquer l’acupuncture après seulement 280 heures de cours supplémentaires sans examen alors que pour un non médecin 3654 heures sont requises avec 14 examens. Un médecin peut choisir une option en nutrition de 8H pendant ses études. En naturopathie, on étudie ce sujet sur 675 heures. L’enseignement du diagnostic clinique et de la pharmacopée est équivalent pour les médecins et naturopathes, ainsi que toutes les sciences. Mais les naturopathes étudient en plus la nutrition, les techniques manuelles, la phytothérapie, l’hydrothérapie, l’homéopathie, la relation d’aide. »

 Quelques exemples où la naturopathie a surpassé la médecine traditionnelle…

« En 1918, quand la grippe espagnole a ravagé l’Europe et une partie des Etats-Unis, puisque partie du Kansas, jusqu’à contaminer les soldats dans les tranchées, les naturopathes américains ont perdu moins d’1% de leurs patients, alors que les médecins classiques en ont perdu plus de 30 %. Les naturopathes recommandaient à l’époque de l’hydrothérapie, des jus, de l’homéopathie, de la phytothérapie.

Et la boue, quelle guérisseuse !  J’ai vu un voisin se couper très profondément le doigt avec une scie, le sang coulait à flot, je me suis servie de l’achillée millefeuille, de la poudre de Cayenne et de boue thermale. Deux semaines plus tard, on ne pouvait même pas deviner la cicatrice. Sinon, il aurait dû recevoir des points de suture. J’ai connu de nombreux cas de blessures graves chez mes patients ou dans mon entourage qui ont été guéries très facilement grâce aux boues thermales, sans même une cicatrice. On peut même faire des suppositoires avec ces boues : entourés d’une gaze, on peut les introduire dans le vagin pour soigner une dysplasie du col. La boue normalise le tissu du col en une fois, deux ou trois nuits maximum. Cette médecine n’a aucune effet secondaire, ni de contre-indications. En Allemagne et en Tchéquie, ces boues sont même prescrites dans le traitement de l’infertilité qui devient actuellement un problème majeur. Ces boues sont aussi efficaces que les antibiotiques, elles normalisent les sucs gastriques, elles ont un grand pouvoir de cicatrisation, elles n’ont ni goût ni odeur. La médecine classique n’a pas encore découvert ce merveilleux médicament ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here