Pourquoi la naturopathie serait-elle l’une des meilleures médecines préventives ?

0
253

Que guérit la naturopathie ?

Quelles sont les pathologies qui se résolvent efficacement et facilement grâce à la naturopathie ?

 Sussana Czeranko  poursuit : « Parlons de la constipation qui est un problème vieux comme le monde et qui concerne tant de personnes. C’est un problème compliqué car il est lié à différents facteurs. Mais justement, c’est une aubaine pour la naturopathie qui aime regarder le corps dans toutes ses composantes : le mode de vie, l’environnement, les allergies, les parasites, les bactéries pathogènes, etc… Le naturopathe-enquêteur cherche les causes de la constipation. Il posera beaucoup de questions : depuis combien de temps cette constipation s’est installée ? Y a-t-il eu un événement déclencheur ? Quelle est l’alimentation de la personne ? Est-ce qu’elle mâche bien ? Boit-elle suffisamment ? Est-ce qu’elle fait autre chose en mangeant (télévision, ordinateur, etc.) ? Est-ce qu’elle mange suffisamment de fibres ? Quelle est la fréquence de ses selles ? A quoi ressemblent-elles ? Il laissera le temps au patient pour s’exprimer sur ce sujet qui n’est pas toujours facile à aborder et sera attentif à ne pas poser de questions qui guideraient des réponses déterminées, la question restera toujours ouverte.

Je demande toujours au patient de tenir un journal de son alimentation. Ce journal est utile pour moi : il va m’aider à poser des questions : pourquoi vous ne prenez pas de petit-déjeuner, pourquoi mangez-vous si tard le soir, pourquoi n’allez-vous jamais aux toilettes hors de chez vous, etc… Ces problèmes de constipation ont existé de tout temps, même quand il n’y avait pas de produits chimiques et moins de stress chronique. On trouve beaucoup de littérature sur le sujet. La gestion du stress est très importante dans la constipation. Je demande à mes patients s’ils sont heureux dans leur vie, ce qui est le cas de… 10% des personnes. Vous allez rire, mais ça a un rapport avec la constipation ! Ensuite, nous voyons les remèdes en fonction des informations recueillies. Je peux suggérer de consommer plus de fibres, de légumes, plus de bonnes huiles (noix, colza…), plus d’eau, en particulier au réveil, moins d’aliments industrialisés car ils sont remplis de conservateurs et moins de stress. Je recommande de fuir les toxiques, ce que fait aussi la médecine environnementale, de drainer l’organisme, et le foie en particulier, des toxiques alimentaires et environnementaux (tissus et peintures de maison, exposition à l’air pollué) car tous ces toxiques affectent le tractus digestif et l’encombrent : ils ralentissent le métabolisme. Je me sers des plantes à visée hépatique, de l’hydrothérapie, des purges, de cures de détoxification, du jeûne, du sauna. »

La naturopathie peut vraiment aider la femme, notamment dans le domaine des règles douloureuses et au moment de la périménopause.  Quels sont ses outils ?

« Si une femme est très stressée dans sa vie, elle vivra l’arrivée en ménopause comme une transition difficile, voire comme un choc. La première chose à faire est de l’aider à gérer son stress, dès le plus jeune âge. Il faut donner aux femmes des outils qu’elles pourront utiliser seules, dans toutes les situations. La respiration est sans doute le meilleur outil : elle aide à normaliser la biochimie du corps, son pH, et permet de cheminer vers la ménopause en douceur. En ce qui concerne les règles douloureuses, la bonne santé du foie est déterminante. Une bonne digestion détermine une bonne qualité du sang. L’eau tiède est favorable au système endocrinien. Elle l’aiderait car le bain refroidit petit à petit et cette baisse de température progressive joue un rôle positif. Les compresses froides sur le foie ou sur d’autres parties du corps sont utiles également. En réalité, avec l’eau, les plantes, la boue, on peut se vanter de très beaux résultats.

Aujourd’hui, les femmes réclament des hormones de substitution aux USA et au Canada, alors que la naturopathie se débrouille très bien sans ces médicaments aux effets parfois iatrogéniques (= effets secondaires occasionnés par des traitements médicaux). On jette aux oubliettes une médecine qui était si puissante, c’est tellement dommage. On oublie que l’eau était précieuse puisqu’on l’a sous la main, ce qui n’était pas le cas avant. Même si l’eau est maintenant si abondante et gratuite, ce n’est pas pour cela qu’il faut oublier son pouvoir extraordinaire. Pour normaliser le cycle et notamment le flux des règles,  il suffit parfois juste de faire quelques bains de siège froids. On obtiendra en plus un effet calmant sur la douleur ainsi qu’un rééquilibrage hormonal et neurovégétatif. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here